Conservatisme inavoué

 

Au lieu de dire qu’ils ne veulent pas de changement certains disent que l’on ne peut pas changer.

Poussez les à avouer qu’il sont conservateurs et quand ils diront enfin  » – On ne veut pas changer ! » répondez «  – Et alors ? Est-ce que l’on a envie de ne pas changer, nous ? »

Changer ou ne pas Changer
Ce sont deux choix qui se valent, non ?
Nous demandons seulement
de pouvoir débattre à égalité.

Fatalisme raisonnable.
Ils ne disent pas que c’est leur choix mais que c’est la dure réalité de la vie, c’est comme ça il faut faire avec le monde tel qu’il est. Et peut-être qu’ils le croient vraiment. Ils pensent être raisonnables parce qu’ils sont fatalistes. Ils ne diront pas qu’ils sont conservateurs mais qu’ils sont pragmatiques. C’est assez vexant car cela signifie qu’ils pensent que nous sommes  naïfs et irresponsables bref que nous sommes de gentils utopistes ou de dangereux idéalistes… Il ne faut pas se formaliser et leur expliquer qu’il est tout à fait raisonnable d’avoir le raisonnement suivant « ça ne marche pas, ça ne me plaît pas, il faut passer à autre chose ». Et qu’être raisonnable ce n’est pas forcément être « sage comme une image » et suivre le mouvement.
Il faudra aussi leur dire que la politique est toujours faite d’idéologies. Seulement comme leur idéologie est aujourd’hui la norme ils ne s’en rendent pas forcément compte.  Ils croient que leurs principes sont des lois naturelles immuables et non des règles qui peuvent être remplacées.

Oui, les idéologies des autres sont des utopies mais cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas réalistes. Être réaliste ce n’est pas s’en tenir à la réalité présente. C’est avoir un avis réfléchi et proposer des idées cohérentes et réalisables. Mais répétons le, il ne faut pas trop se formaliser car certains pensent sincèrement que l’on ne peut pas changer la société. Dites-leur que c’est ce que pensaient beaucoup de gens en 1789.

Par contre d’autres savent très bien que la société actuelle qu’ils défendent n’est pas définitive. C’est donc de façon hypocrite qu’ils vont avancer l’argument du fatalisme raisonnable. Leur but est d’éviter d’élargir le débat en discréditant les idées des autres.
Peut-être ont-ils honte de leurs vrais arguments ?

Pour que le débat soit équitable il faut être prêt à tout remettre en cause.
Aujourd’hui les débats politiques sont limités car les élections ne servent qu’à élire des dirigeants qui devront gouverner en respectant les règles actuelles. Il est donc difficile voire impossible de défendre des idées originales. On vous dira inévitablement que ce n’est pas possible, ce n’est pas comme ça que cela marche. Si l’on souhaite une nouvelle donne il faut que l’on discute en suivant de nouvelles règles
.

Ceux qui ne veulent pas de vrais changements devront dire franchement qu’ils veulent continuer comme ça. Alors qu’aujourd’hui il leur est très facile de défendre le statu quo : Il leur suffit de ne rien faire. De ne rien faire ou si peu : Quelques « réformes pragmatiques », des mises à jour du même logiciel pour le « moderniser ».