Les Cinq Familles

Pour bien montrer que cette consultation est destinée à tout le monde, la Rédaction sera confiée, entre autre, à des représentants des cinq principales familles politiques :

La droite traditionaliste,
La droite libérale,
Le centre social-libéral,
La gauche réformiste,
La gauche radicale.

Chacune d’elle sera représentée par un couple homme-femme choisi par un collège de personnalités se réclamant de ce courant politique.
Les membres de ces cinq collèges seront sélectionnés par l’assemblée constitutive.

On peut évidement remettre en question cette classification en cinq familles. Certains ne se retrouveront dans aucune d’elles et d’autres hésiteront entre deux familles.

De toute façon il ne s’agit pas de constituer une assemblée représentative. La rédaction n’est pas là pour débattre et délibérer à notre place mais pour orchestrer les débats et les délibérations. Il est donc souhaitable que les différentes tendances puissent s’exprimer équitablement mais sans prendre en compte exactement le nombre de personnes qu’elles rassemblent. Le paysage politique est appelé à se recomposer.

***

Dans les grandes lignes, avec évidement de nombreuses variantes, des oublis, des raccourcis … juste pour vous donner une idée :

La droite traditionaliste :
La nation d’abord, la France est une terre chrétienne.
Respect de valeurs, contre la dissolution des mœurs traditionnels.
Pour un pouvoir fort incarné par une personnalité charismatique.
Justice et police répressive contre l’insécurité.
Écologie : retours à la paysannerie traditionnelle.
Point de divergence : économie libérale ou état protecteur, paternaliste ?

La droite libérale :
Régime semi-présidentiel.
Économie libérale : L’état doit se désengager au profit des entreprises privées, baisse des impôts, limitation du pouvoir des syndicats…
Point de divergence :
L’Europe des Nations ou une fédération minimale.
Réticence
face à l’évolution des mœurs.
L’écologie ne doit pas freiner l’économie.
Justice et police répressive.

Le centre social-libéral :
Régime parlementaire, ce qui n’exclut pas un gouvernement fort et démocratie participative.
Économie libérale mais aussi sociale (flexisécurité) : Des services publics de base mais priorité à l’équilibre budgétaire et aux baisses d’impôts sur les dépenses sociales ; négociation patronat-salariés arbitrés par le gouvernement.
Vers une Europe fédérale.
L’écologie : Pour une croissance verte.
Allier répression et prévention.
Ouverture sur l’évolution des mœurs.

La gauche réformiste.
Pour un régime parlementaire et initiatives populaires.
Réformer l’économie libérale pour aboutir à moyen ou long terme au socialisme : En attendant, économie sociale et solidaire, plus de services publics, l’état protège les salariés.
Pour une Europe sociale, sinon contre l’Europe fédérale libérale.
Les mœurs sont des affaires privées. Il faut respecter les différences.
Justice préventive et répressive en dernier recours.

La gauche radicale.
Pour une société radicalement différente, la plus démocratique possible et le plus vite possible. Économie socialiste sans banque ni patron.
Internationaliste : Penser global, agir local.
Écologie : décroissance.
Point de divergence : Stratégie, comment y parvenir ?